Allergie à la pénicilline en pédiatrie : quelle réalité et quand renoncer à l'amoxicilline ? | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Allergie à la pénicilline en pédiatrie : quelle réalité et quand renoncer à l'amoxicilline ?
Naïm Ouldali, Alexis Rybak, Robert Cohen le 20-04-18

Antibiothérapie. Une allergie à la pénicilline est souvent évoquée à tort chez beaucoup d'enfants, ce qui n'est pas sans risques. Comment limiter ce surdiagnostic et quelles sont les alternatives liées au risque d'allergies croisées ?

Les antibiotiques font partie des médicaments les plus prescrits avec, au premier plan, les bêtalactamines principalement prescrites pour des infections des voies respiratoires. Or en pédiatrie ambulatoire, les parents rapportent dans les antécédents de leurs enfants des réactions allergiques à la pénicilline dans 5 à 20 % des cas. La prise en charge de patients nécessitant une prescription antibiotique avec des antécédents allégués de "réaction allergique à la pénicilline" est donc loin d'être rare.

L'allergie aux pénicillines constitue une perte de chance
Le fait d'être étiqueté allergique à un antibiotique de la famille des pénicillines est associé non seulement à une éviction de l'antibiotique en question mais fréquemment à une éviction large (autres pénicillines, céphalosporines, voire carbapénèmes). Cette éviction se poursuit parfois, à la demande du médecin ou de la famille, même après que l'allergie a été éliminée.
L'amoxicilline est l'antibiotique de choix contre le pneumocoque, le streptocoque du groupe A et contre la majorité des souches d'Haemophilus influenzae. L'amoxicilline est donc l'antibiotique de choix en pédiatrie dans plus de deux tiers des cas (otites moyennes aiguës, angine à streptocoque du groupe A, pneumopathies aiguës suspectées à pneumocoque…). La prescription de macrolides, de céphalosporines de 2e ou 3e génération orales est une perte de chance réelle pour les malades. Pour les premiers, la résistance des pneumocoques et des streptocoques du groupe A est significativement plus importante. Pour les seconds, l'activité microbiologique pour les pneumocoques est…