Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Histoire de la médecine
Ni démence ni amusie : la maladie de Maurice Ravel, une maladie singulière
Bernard Lechevalier le 20-09-18

Pathographie. Dès l'âge de 45 ans, Maurice Ravel fut affecté de troubles liés à une atrophie cérébrale circonscrite. Malgré son agraphie, son apraxie et son aphasie, sa créativité musicale demeura intacte.

Combien d'hypothèses furent soulevées à propos de la maladie du plus grand compositeur français du xxe siècle : Maurice Ravel ! Lui qui avait perdu la capacité d'écrire et même de signer son nom suscita des centaines de pages où l'invraisemblable côtoie trop souvent le sérieux. Accident vasculaire cérébral, hématome post-traumatique, tumeur intracrânienne, maladie d'Alzheimer : autant de diagnostics souvent évoqués qui ne tenaient pas suffisamment compte d'une évolution qui s'étalera sur près de 20 années. Ce n'est qu'un an avant sa mort que le Pr Théophile Alajouanine et son collègue psychiatre et excellent pianiste le Pr Henri Baruk, au terme d'un examen minutieux du musicien, firent le diagnostic d'une maladie encore inconnue avant la Seconde Guerre mondiale qu'il n'est pas exagéré de qualifier de "singulière". À l'occasion du quatre-vingtième anniversaire de la mort de Maurice Ravel (28 décembre 1937), l'Académie nationale de médecine a consacré une séance entière à sa maladie, séance au cours de laquelle le manuscrit de son observation par les deux praticiens susnommés a été remis à la bibliothèque de cette compagnie par la veuve du Pr Jean-Louis Signoret qui en était le dépositaire…