Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

oxygène
Sommaires de la revue du praticien
Photothèques
Histoire de la médecine
Les grands secrets
Jean Deleuze le 20-05-17

La santé des dirigeants est un sujet sensible, et l'histoire de France, comme l'analyse brillamment Stanis Perez, le démontre amplement.

À la Renaissance, la moindre anomalie faisait suspecter immédiatement une maladie grave, ouvrait le chapitre de la la succession royale et agitait les clans qui gravitaient autour du souverain. Les troubles étaient-ils liés à l'usure du pouvoir et à l'atmosphère corrompue de la Cour, au libertinage du roi à son tour victime de la syphilis nouvellement apparue, à l'incompétence de ses médecins ou à un empoisonnement délibéré de leur part ? La Cour bruissait de rumeurs, mais nul n'avait en réalité de prise sur l'événement, d'autant que la maladie pouvait être aussi diplomatique ; la nouvelle (bien exploitée) de la mauvaise santé de François Ier, prisonnier de Charles-Quint, eut des avantages : montrer combien le roi était "malade" d'être séparé de ses sujets, contrarier les plans…