Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Histoire de la médecine
Les caprices de Galien
Danielle Gourevitch le 20-01-19

Médecine antique. La diététique constitue une part importante de l’oeuvre de Galien. Deux souvenirs personnels d’excès ont dû lui rester en mémoire.

Avec ses camarades, au IIe siècle de notre ère, Galien grand enfant a eu des faims d’ogre, puis, adolescent et jeune homme, des caprices alimentaires, qui ont pu chez lui et chez tous ses camarades engendrer des problèmes de santé. Tels de ces épisodes pittoresques, avec leurs faimvalle, refus, engouements et régimes aberrants sont pour quelque chose dans les diktats de la diététique galénique, quand Galien est devenu princeps medicorum, en particulier dans les ouvrages qui suivent : Sur la vertu des aliments, Bons et mauvais sucs des aliments, Facultés des aliments, Régime amaigrissant, et Hygiène, mais aussi de-ci de-là. Nous en retenons deux, dans "l’Orient romain", à Pergame et à Alexandrie.

À Pergame, une excursion avec des copains
"Si moi-même, raconte Galien, je n’avais une fois mangé du grain bouilli à l’eau, je n’aurais jamais cru qu’on pût en faire le moindre usage alimentaire. En effet, même en cas de famine, personne n’en viendrait à en faire un tel usage, alors qu’il est possible, si du moins on dispose de grain, d’en faire du pain. Et d’autre part, s’il est vrai que, pour un repas, on mange des pois chiches bouillis et grillés, en guise de ce qu’on appelle friandises (τράγημα), et qu’on prépare aussi d’autres graines de la même façon, de cette façon-là pourtant personne ne propose de grain bouilli. C’est pourquoi je n’aurais jamais cru qu’on pût manger du grain bouilli…