Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Histoire de la médecine
La saignée en médecine : une très longue histoire qui n'est pas encore terminée
Pierre Brissot le 20-12-17

Histoire de la médecine. De l'Antiquité au XVIIe siècle, la saignée régna massivement et sans partage sur la thérapeutique. Puis vint le temps des doutes pour une pratique dont il reste quelques indications très précises.

Il est difficile de situer avec précision les tout débuts de la saignée mais elle est déjà citée dans le papyrus Ebers (XVIe siècle av. J.-C.). Une scène d'un vase grec du début du Ve siècle av. J.-C. montre aussi, de manière très explicite, sa pratique.

D'abord un règne sans Partage
L'usage de la saignée s'est probablement d'abord appuyé sur des explications "surnaturelles", magiques ou religieuses. La tradition hippocratique et galénique lui a donné ensuite avec la théorie des humeurs des fondements plus "naturels" : la plupart des maladies étaient supposées être liées à un processus inflammatoire responsable d'une rétention de ces humeurs (sang, bile jaune, bile noire et phlegme) avec une évacuation insuffisante par les sites excréteurs naturels tels que la bouche, le nez, le rectum et l'urètre. D'où l'importance d'une saignée en cas d'inflammation majeure pour…