Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Histoire de la médecine
Guérir miraculeusement du croup ?
Danielle Gourevitch le 20-09-19

À Hyères, un ex-voto témoigne que, contre toute attente, en 1856, le petit Silvain n'est pas mort.

En 1856, le petit Silvain est très gravement malade ; ses parents craignent pour sa vie et sont désespérés. L'enfant tousse et respire mal ; on lui a bien donné du sirop, dont on voit un flacon avec une cuiller sur le marbre de la commode, mais rien n'y a fait. Il est là, inerte sur son lit, la tête embéguinée. Son père, effondré sur une chaise, rumine de tristes pensées ; sa mère agenouillée, les yeux au ciel, prie la Sainte Vierge. On croit qu'il a le croup et qu'il va mourir. Or le garçonnet ne meurt pas ; un ex-voto en attribue le mérite à la Vierge, qui apparaît au-dessus du lit blanc à baldaquin dans un nuage circulaire bleu et blanc ; c'est un joli tableautin (25 x 32 cm) à l'huile sur toile qu'on peut voir à Notre-Dame-de-Consolation à Hyères (Var), offert par les parents, M. et Mme Paul.
Que s'est-il passé ? Pour qu'on évoque le croup, dont chacun sait alors que le pronostic est "des plus graves" (p. 485 infra), il faut que le garçonnet ait toussé, par quintes de plus en plus rapprochées et de plus en plus violentes, d'une façon qu'on considère comme caractéristique, une toux striduleuse, "enrouée, éraillée, rauque" (p. 461, infra) et qu'il ait eu du mal à respirer, avec même peut-être des accès de suffocation, mais sans arriver à l'asphyxie qui l'aurait tué. C'est le Dr Eugène-Raymond Archambault (1822-1883) que nous allons aujourd'hui consulter pour y voir plus clair ; vrai spécialiste des maladies des enfants, médecin de l'hospice des Enfants malades, auteur notamment de Réflexions sur la trachéotomie à la période extrême du croup et la dysphagie, qui, dans certains cas, lui est consécutive (1854), De la trachéotomie dans la période ultime du croup, mémoire lu à la Société médicale des Hôpitaux de Paris, dans la séance du 12 juillet 1867, et d'un livre de bilan, Leçons cliniques sur les maladies des enfants (1884), Il ne se désintéresse…