Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Zoonoses liées aux activités de loisirs
Nadia Haddad le 20-03-19

Le contact avec la nature n'est pas sans danger et impose toujours quelques précautions.

L'urbanisation aidant, les activités de loisirs sont davantage orientées vers le plein air (promenade, baignades) et/ou la mise en contact avec des animaux (visite de fermes pédagogiques, colombophilie…). Elles peuvent exposer à des risques zoonotiques, en facilitant le rapprochement (ou les interactions directes ou indirectes) entre l'homme et les animaux sauvages et/ou domestiques. La méconnaissance de certains dangers par des populations urbaines, voire une certaine idéalisation de la nature, peuvent même conduire à une augmentation du risque. L'objet de cet article est de donner un bref aperçu des principales zoonoses pouvant être contractées dans le cadre d'activités de loisirs.

Zoonoses associées aux piqûres de tique
Se promener et plus encore s'asseoir dans des zones herbeuses expose inévitablement à des piqûres de tique durant les saisons où elles sont actives (été et automne), en particulier à la piqûre d'Ixodes ricinus, espèce la plus répandue et la plus impliquée dans la transmission d'agents vectorisés dans les zones tempérées d'Europe occidentale.

Maladie de Lyme
C'est la plus connue des zoonoses concernées. Elle est causée par diverses bactéries du genre Borrelia, trouvées chez de nombreuses espèces de mammifères sauvages, notamment les micromammifères et même d'oiseaux sauvages, ainsi que chez environ 10 % des I. ricinus testées en France, lesquelles jouent également le rôle de réservoir, la femelle adulte infectée étant capable de transmettre la bactérie à sa descendance (transmission transovarienne). Environ 27 000 cas humains sont déclarés par an. À l'échelle individuelle, des mesures de prévention sont préconisées. Une meilleure connaissance épidémiologique s'impose, à la fois chez l'homme et chez I. ricinus, en vue…