Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Trouble délirant persistant
Laurent Karila, Pierre Polomeni, Amine Benyamina le 30-12-18

ITEM 63

OBJECTIFS :
DIAGNOSTIQUER un trouble délirant persistant.
ARGUMENTER l'attitude thérapeutique
et PLANIFIER le suivi à tous les stades de la maladie.

La nosographie française distingue différents types d'états délirants chroniques non dissociatifs. Dénommés "troubles délirants persistants", ils correspondent aux délires paranoïaques avec les sous-types passionnels, interprétatifs et le délire de relation des sensitifs ; la psychose hallucinatoire chronique (PHC) et la paraphrénie.

Sémiologie du trouble délirant persistant (TDP)
Les différentes formes cliniques du trouble ont de nombreuses caractéristiques sémiologiques communes dont un âge de survenue après 35 ans, une évolution chronique (plus de 6 mois d'évolution) non déficitaire et une absence de syndrome dissociatif.
Parmi les mécanismes délirants, différents éléments dépendent de la forme clinique : les interprétations se retrouvent surtout dans les délires paranoïaques ; les hallucinations psychosensorielles (auditives, visuelles, cénesthésiques, olfactives, gustatives…) et intrapsychiques (automatisme mental avec syndrome d'influence) sont surtout retrouvées dans la psychose hallucinatoire chronique ; l'imagination se retrouve surtout dans la paraphrénie.
Les thèmes délirants peuvent être de la persécution (liée au mécanisme interprétatif), de la mégalomanie, de la filiation, de la revendication, ou être mystiques, cosmiques.
Le délire est structuré, construit ou systématisé, sauf dans la psychose hallucinatoire chronique. Il faut en préciser l'extension, soit en secteur si les idées délirantes restent centrées sur une thématique ou sur un objet, soit en réseau si ces idées délirantes s'enrichissent progressivement et s'étendent à l'ensemble de la vie (professionnelle, affective, relationnelle) du sujet. La participation affective du sujet est variable (anxiété, humeur fluctuante). Il faut rechercher une personnalité…