Tramadol : rester prudent ! | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Tramadol : rester prudent !
Hélène Chappuy le 23-07-18

Le tramadol n'est très probablement pas une alternative sûre à la codéine.

Soulager la douleur aiguë des enfants est une part importante des soins au quotidien. Plusieurs options existent pour y parvenir parmi lesquelles l'usage d'un opioïde. En 2013, à la suite des alertes de la Food and Drug Administration (FDA), du Pharmaco-vigilance Risk Assessment Committee (PRAC), et de la survenue de 10 décès d'enfants entre 1969 et 2012, l'Ansm a recommandé de n'utiliser la codéine chez les plus de 12 ans qu'après échec du paracétamol et/ou des AINS. Elle l'a proscrit chez les moins de 12 ans ; après amygdalectomie ou adénoïdectomie (du fait du facteur aggravant qu'est le syndrome d'apnées obstructives du sommeil) ; ou encore chez la femme qui allaite.
Quelle alternative pour les plus jeunes ? La HAS conseille depuis janvier 2016 d'utiliser le tramadol chez le petit de plus de 3 ans dans certaines situations comme une douleur intense d'emblée ou en cas d'échec du paracétamol et de l'ibuprofène (tableau). Or cette molécule, comme tout médicament, a des effets indésirables et expose à d'autres risques qu'il faut connaître.

Effets indésirables et métabolisme
Le tramadol agit comme agoniste des récepteurs morphiniques ; il est aussi inhibiteur de la recapture de la séroto-nine et de la noradrénaline. Les effets indésirables les plus fréquents sont les nausées et vomissements, la sensation vertigineuse, une pseudo-ébriété et une somnolence. Ceux de type morphinique sont corrigés par la naloxone. Tachycardie, HTA, diarrhée, agitation, insomnie, hallucinations, sueurs, hyperthermie, myoclonies sont liés à l'action sérotoninergique. Principales contre-indications de ce médicament : insuffisances rénale et hépatique sévères, hypersensibilité à la molécule et épilepsie non contrôlée.
Cependant, c'est une prodrogue, métabolisée par les enzymes CYP2D6 et CYP3A4 du cytochrome P450 en métabolite au pouvoir opioïde plus puissant, en particulier le M1 (via une O-déméthylation…