Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Traitements non pharmacologiques de l'arthrose : incontournables et indispensables
Yves Henrotin, Christophe Demoulin, Céline Mathy le 10-06-19

Lutter contre la kinésiophobie et les comportements d'évitement, causes de sédentarité et de déconditionnement physique.

En 2050, 600 millions de personnes souffriront d'arthrose dans le monde. Cette affection dégénérative des articulations, longtemps décrite uniquement comme une fatalité inéluctablement liée au vieillissement, est maintenant considérée comme la pierre angulaire de la santé des seniors.

L'arthrose : une maladie des articulations et bien au-delà !
L'arthrose est la plus courante des affections musculo-squelettiques. Sa prévalence clinique augmente progressivement avec l'âge, mais de façon plus importante après 45 ans. Elle est généralement caractérisée par des signes et symptômes facilement identifiables à l'examen clinique : douleur aux mouvements, déformation des extrémités osseuses, gonflement, craquements et limitation de l'amplitude articulaire. La douleur est un élément déterminant dans l'évolution de la maladie. Elle est souvent déclenchée ou accentuée par le mouvement, ce qui peut induire chez le patient arthrosique une kinésiophobie et un comportement d'évitement, tous deux causes de sédentarité et de déconditionnement physique. Ces comportements délétères peuvent à leur tour entraîner de l'anxiété, de la dépression, voire un déconditionnement psychologique et social. Ces facteurs sont autant d'amplificateurs de la douleur chronique qui peuvent plonger le patient dans un cercle vicieux biopsychosocial (v. infra). Cependant, le modèle biopsychosocial ne suffit pas, à lui seul, à expliquer l'ensemble des phénotypes de la maladie. Récemment, une relation entre le syndrome métabolique et l'arthrose a été démontrée. En effet, le syndrome métabolique dans son ensemble ou ses…