Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Suspicion de maladie de Lyme chronique : faut-il céder à l'escalade antibiotique ?
Yves Hansmann le 30-11-18

À ce jour, aucun argument ne justifie d'imposer à un patient une antibiothérapie prolongée pour traiter des symptômes chroniques attribués à une piqûre de tique.

En médecine, nous aimons bien comprendre pour nous adapter et agir en conséquence. C'est l'essence même de la démarche scientifique : être confronté à une problématique, faire des analyses, proposer des hypothèses et vérifier expérimentalement si ces hypothèses s'avèrent justes. C'est cette démarche, rationnelle et logique, qui a permis de faire progresser la médecine à son niveau actuel.
En l'occurrence, la problématique est celle de la maladie de Lyme, en tout cas de sa forme présumée chronique. Le terme chronique implique un premier débat, car il renvoie à la notion de durée, mais aussi à celle de la persistance, voire de l'incurabilité. Concernant la durée, il ne fait pas de doute que Borrelia, la bactérie causale, peut rester plusieurs années dans l'organisme en l'absence de traitement, comme cela a été bien démontré pour l'acrodermatite chronique atrophiante.
Quant à l'évolution après traitement, le sujet fait débat. Il n'existe aucune donnée scientifique démontrant un lien de causalité entre la persistance de Borrelia et la présence de symptômes chroniques. Par ailleurs, dans notre pratique, les patients se plaignant de symptômes chroniques attribués à une infection transmise par les tiques n'ont pas toujours de signes biologiques témoignant de la présence de Borrelia. Pour pallier cette absence de preuve, et pour continuer à pouvoir incriminer la responsabilité de la tique, les partisans de ces formes chroniques avancent la possibilité que les symptômes pourraient être en rapport avec d'autres agents infectieux transmis par les tiques. Or il n'y a pas, à ce jour, d'argument sérieux pour incriminer des agents infectieux transmissibles lors d'une piqûre de tique et pouvant être à l'origine de manifestations chroniques…