Sténose de l'urètre masculin | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Sténose de l'urètre masculin
Nadja Schoentgen, Ali Abdou, Thierry Lebret, Bernard Boillot le 23-07-18

Outre son impact sur la qualité de vie, elle peut être délétère pour tout l'appareil urinaire.

La sténose urétrale est un rétrécissement de l'urètre qui reste partiellement perméable. Bien que sa prévalence chez l'homme dans les pays industrialisés soit de 0,9 %, le traitement reste mal connu. Dans ce canal qui débute au col vésical et se termine au méat urétral, on distingue 3 portions qui sont successivement :
l'urètre prostatique mesurant 3 cm, possédant une tunique muqueuse, dont l'origine est entourée de fibres musculaires lisses constituant le sphincter interne ;
l'urètre membraneux doté d'une tunique muqueuse et musculaire striée constituant le sphincter externe, mesurant 2 cm ;
l'urètre spongieux de 12 cm de long (tunique muqueuse) subdivisé en bulbaire et pénien.

Iatrogène ou idiopathique ?
L'iatrogénie – 45 % des sténoses – est le fait de manipulations endo-urétrales telles que le sondage urinaire, les fibroscopies diagnostiques et traitements endoscopiques. La radiothérapie externe et la chirurgie d'hypospade peuvent également en être la cause.
Au décours d'un traumatisme externe, on peut observer des sténoses de l'urètre membraneux après fracture du bassin avec déplacement des structures osseuses, des rétrécissements de l'urètre bulbaire après chute à califourchon ou choc direct périnéal. Les sténose de l'urètre pénien consécutives à un faux-pas du coït sont plus rares.
Dans 30 % des cas, l'origine est inconnue.
Avant 45 ans, les causes sont plus volontiers : inconnue, cure d'hypospade, fracture du bassin. Après : résection transurétrale et origine non déterminée.
Autres causes : le lichen scléro-atrophique (5 %) et les infections urinaires (3,7 %)…