Rougeole : toujours pas éliminée | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Rougeole : toujours pas éliminée
Joël Gaudelus le 23-07-18

Elle est en recrudescence en France et en Europe de l'Ouest du fait de trop nombreux sujets non immunisés.

La France est engagée depuis 2005 dans le plan stratégique mondial de l'OMS visant à éliminer rougeole et rubéole. L'atteinte de cet objectif nécessite que la couverture vaccinale (CV) soit supérieure à 95 % avec 2 doses pour les enfants de moins de 2 ans. À ce jour, ce but n'est pas atteint. Par ailleurs, la CV insuffisante en population générale a permis l'accumulation de sujets réceptifs dont le nombre est estimé à plus de 1 million, justifiant la recommandation d'un rattrapage pour les personnes nées après 1980.

Une infection très contagieuse
Cette contagiosité se mesure par le taux de reproduction (Ro) ou nombre de nouveaux cas induits par un malade dans une population non immune, ici entre 15 et 20.
La transmission se fait par voie aérienne. La phase de contagiosité débute 5 jours avant l'éruption et s'étend jusqu'à au moins 5 jours après. La période d'incubation est de 10 à 12 jours.
La phase d'invasion (durant 2 à 4 jours) se manifeste par l'apparition d'une fièvre volontiers élevée, accompagnée d'un catarrhe oculo-respiratoire avec conjonctivite, rhinite, toux, parfois diarrhée chez un enfant "grognon et pleurard" souvent fatigué. Le signe de Köplik (semis de taches blanches sur muqueuse jugale inflammatoire), inconstant, apparaît vers la 36e-48e heure et disparaît avec le début de l'éruption. Celle-ci se manifeste en moyenne 14 jours après le contage (de 7 à 18 jours). En règle générale, lorsqu'elle survient, la fièvre disparaît. L'éruption, maculopapuleuse, débute derrière les oreilles puis touche le visage, le tronc et les membres suivant une topographie descendante en 3 jours.
Des complications peuvent survenir : otites et diarrhées avant tout. Elles sont plus sévères avant 1 an et après 20 ans : pneumopathie. L'encéphalite aiguë postéruptive atteint un cas sur 1 000. Sa létalité est de l'ordre de 10 % et le taux de séquelles de 20 à 40 %. L'encéphalite à inclusions…