Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Rétention aiguë d'urine
François-Xavier Deledalle, Gilles Karsenty le 28-02-18

OBJECTIFS :
DIAGNOSTIQUER une rétention aiguë d'urine,
IDENTIFIER les situations d'urgence
et PLANIFIER leur prise en charge.

Le bas appareil urinaire est composé d'un réservoir, la vessie, et d'une filière sous-vésicale, l'urètre, équipée d'un appareil sphinctérien qui diffère chez l'homme et chez la femme. L'appareil sphinctérien est classiquement divisé en sphincter lisse (prédominant chez l'homme chez qui la prostate avec ses fibres musculaires lisses participe à la fonction sphinctérienne) et d'un sphincter strié, le rhabdosphincter.
Le système vésico-sphinctérien (bas appareil) a la double fonction de protéger les reins (en évitant le reflux, l'hyperpression et l'infection) et d'assurer le confort social en transformant la sécrétion rénale d'urine lente et continue en un cycle (le cycle mictionnel) au cours duquel une phase de stockage efficace sans fuite alterne avec une phase de vidange vésicale brève indolore et sous contrôle de la volonté.
L'intégrité anatomique du bas appareil et de sa commande nerveuse est indispensable au bon fonctionnement du cycle mictionnel (alternance entre la phase de stockage et la phase de vidange vésicale).
La miction normale nécessite :
- un réservoir vésical contractile, le détrusor, muscle lisse vésical qui se contracte de manière lente, prolongée et qui est le moteur de la miction ;
- une filière urétrale libre sans obstacle capable de s'ouvrir pour laisser passer le flux urinaire ;
- une commande nerveuse (somatique et autonome ortho- et parasympathique) comprenant des voies afférentes (informant sur l'état de réplétion vésicale) et des voies efférentes volontaires et involontaires. Ces voies sont sous le contrôle de centres médullaires et cérébraux qui assurent la…