Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Règles de prescription de la méthadone
Chloé Lucet, Clémentine Ferrand, Xavier Laqueille le 20-04-19

Les traitements de substitution sont d'un apport majeur dans la prise en charge du trouble de l'usage des opiacés. La cure à la méthadone est le modèle de prise en charge le plus instructif. En agissant spécifiquement sur l'appétence en opiacés, elle permet une compréhension de ce trouble ainsi que de l'intérêt et des limites des traitements substitutifs.

La notion de traitement de substitution aux opiacés apparaît pour la première fois avec les travaux de Dole et Nyswander en 1965. La méthadone est alors largement prescrite aux États-Unis avec une réduction significative de la morbidité et de la carcéralité chez les personnes traitées. Devant les premiers échecs (alcoolisations, violence, overdose…), nos collègues américains déterminent les facteurs de succès des cures : posologies adéquates, soutien psychosocial.
La méthadone est introduite en France par Deniker et Lôo en 1972. L'explosion du sida dans les années 1980, la pression des associations de patients et des médecins amenèrent les autorités sanitaires à imposer au dispositif de soins spécialisés en toxicomanie une politique de réduction des risques et un accès très large aux traitements de substitution aux opiacés. On estime à ce jour en France que près de 45 000 sujets sont traités par méthadone dans 375 centres spécialisés (centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie [CSAPA]).
La pratique clinique de la méthadone, le composé le plus actif sur l'appétence opiacée, permet une meilleure compréhension des aspects cliniques du trouble de l'usage des opiacés et des limites et contraintes nécessaires à sa prise en charge.

Quelle action et quel objectif ?
La méthadone est un agoniste morphinique pur de synthèse dont les effets sont bloqués par la naloxone. Elle se caractérise par…