Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Quel est le rôle du microbiote intestinal dans les MICI ?
Garance Coquant, Paul Mc Lellan, Philippe Seksik le 10-10-19

Vers des stratégies thérapeutiques de modulation de microbiote.

La physiopathologie des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) implique une réponse inflammatoire exacerbée de l'intestin en réponse à des facteurs combinés tels que des facteurs environnementaux, génétiques, et le microbiote intestinal. Grâce à l'avènement d'outils nouveaux, on assiste aujourd'hui à une véritable redécouverte de ce monde microbien intestinal. Il s'intègre dans un écosystème digestif extrêmement complexe, et est responsable de fonctions physiologiques importantes. Les MICI restent le champ médical exemplaire pour étudier l'impact du microbiote intestinal en santé humaine. La dysbiose a été initialement décrite au cours de ces maladies et cela a initié des avancées majeures dans la compréhension de ces maladies et des développements thérapeutiques innovants. Répondre à la question du rôle du microbiote intestinal dans les MICI reste donc pertinent.

Dysbiose compositionnelle : bactérienne, fungique, virale
Plutôt que l'identification de bactéries marqueurs, ce sont des profils compositionnels et fonctionnels qui témoignent d'une dysbiose. Chez les patients ayant une MICI, il existe une dysbiose caractérisée par un déséquilibre des populations de micro-organismes composant le microbiote, accompagnée d'une diminution de la diversité (v. tableau).
Les changements des populations bactériennes ont été très étudiées dans le cadre des MICI. On observe une diminution des bactéries "bénéfiques" telles que celles appartenant au phylum des Firmicutes, tandis que la proportion de bactéries présumées défavorables (pro-inflammatoires), comme les Proteobacteria, est amplifiée. Certaines bactéries retrouvées typiquement au cours des MICI, comme les Escherichia coli adhérents et invasifs (AIEC) – présents chez un tiers des patients…