Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Quand (et pourquoi) ne pas prescrire une antibiothérapie ?
Hugues Cordel, Michael Némorin, Olivier Bouchaud le 10-06-19

La juste prescription d'antibiotiques est un enjeu majeur afin de lutter contre l'antibiorésistance, aux lourdes conséquences. Avant d'initier une antibiothérapie, il faut s'efforcer de rassembler les arguments pour une infection bactérienne : en leur absence et en l'absence de signes inquiétants, il est licite de s'abstenir.

L'augmentation inquiétante de la résistance bactérienne aux antibiotiques et le lien direct observé entre consommation d'antibiotiques et résistance amènent à inciter les praticiens à limiter leurs prescriptions d'antibiotiques aux seules situations où cela est justifié. L'impact d'une telle rationalisation est particulièrement important en médecine de ville puisque 90 % des antibiotiques consommés en France le sont dans ce contexte et tout particulièrement pour les infections oto-rhino-laryngées (ORL) et respiratoires hautes ou basses qui représentent deux tiers de l'ensemble des antibiothérapies et sont pourtant souvent virales. L'exercice n'est cependant pas si simple dans la vraie vie du fait des difficultés d'orientation diagnostique entre infections virales et bactériennes et parfois de la pression des patients. L'objectif de cet article est de guider les prescripteurs dans ces choix en insistant notamment sur les situations où une antibiothérapie n'est pas nécessaire.

Pourquoi une prescription raisonnée d'antibiotiques ?
Le 3 septembre 1928, de retour de vacances, le futur Prix Nobel Alexander Fleming découvrait la pénicilline. La même année, il envisageait le risque de résistance, et avec une incroyable lucidité écrivait : "La personne irréfléchie qui joue avec un traitement à base de pénicilline est moralement responsable de la mort de l'homme qui succombe à une infection par l'organisme résistant à la pénicilline." Ce n'est qu'à partir de 1940 que la fabrication de la pénicilline put devenir industrielle, permettant son utilisation large, mais dès 1944 les premiers cas de résistance à la pénicilline…