Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
La supplémentation en vitamine D chez l'adulte : doit-on changer nos pratiques ?
Jean-Claude Souberbielle le 28-02-18

Vitamine D. Les recommandations de supplémentation diffèrent selon que l'on s'adresse à la population générale ou à certains patients. Les études plaident plutôt pour une administration quotidienne et, à défaut, pour une supplémentation intermittente utilisant de plus fortes doses.

La vitamine D n'est pas une vitamine au sens propre du terme (c'est-à-dire un produit dont on a besoin en petite quantité mais qu'on ne peut pas synthétiser) puisque la source principale est une synthèse cutanée lors de l'exposition de la peau à des rayons ultraviolets B (UVB). Elle doit être plutôt considérée comme le précurseur d'un système hormonal et doit être transformée deux fois pour devenir active, d'abord en 25-hydroxyvitamine D (25OHD) au niveau hépatique, puis en 1,25 dihydroxyvitamine D dans le rein mais aussi dans de nombreux autres tissus. La vitamine D est clairement associée à la santé musculo-squelettique. Elle stimule l'absorption digestive du calcium et du phosphate, régule, en synergie avec la parathormone (PTH), la réabsorption rénale distale du calcium et le remodelage osseux, et exerce un rétrocontrôle sur la sécrétion de PTH. Une carence profonde en vitamine D est responsable de pathologies caractérisées par un défaut de minéralisation osseuse, rachitisme et ostéomalacie, et de douleurs musculaires diffuses. Différents essais randomisés contre placebo ont montré qu'une supplémentation en vitamine D, en général associée à du calcium, réduisait le risque de fractures non vertébrales chez des patients de plus de 65 ans et réduisait le risque de chutes chez les patients de plus de 70 ans à condition qu'elle apporte au moins 20 µg (800 UI) de vitamine D par jour. Il a été montré par ailleurs qu'un statut vitaminique D optimal était nécessaire pour une bonne efficacité antifracturaire des traitements antiostéoporotiques qui inhibent la résorption osseuse comme les bisphosphonates. Par ailleurs, il existe de très nombreuses études observationnelles et expérimentales en faveur…