Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Hépatite alcoolique uniquement
Moana Gelu-Siméon, Philippe Mathurin le 30-12-18

Hépatologie. Atteinte sévère du foie, observée chez un buveur excessif sur cinq, elle voit son pronostic s'améliorer dans les formes les plus graves chez les patients répondeurs à une corticothérapie.

L'hépatite alcoolique est une affection inflammatoire du foie observée chez 20 % des sujets consommateurs excessifs d'alcool ayant des altérations des paramètres biologiques hépatiques en présence ou non de symptômes cliniques.
Quatre types de lésions tissulaires hépatiques peuvent être observés isolément ou conjointement chez les sujets ayant une consommation excessive d'alcool : la stéatose, la fibrose, l'hépatite alcoolique et la cirrhose. La progression la plus rapide vers la cirrhose est observée chez les sujets ayant une hépatite alcoolique expliquant, en partie, le risque plus important de mortalité décrit dans ce sous-groupe.
L'hépatite alcoolique est une atteinte sévère du foie qui se caractérise par le développement de lésions tissulaires associées à une mort cellulaire d'un nombre variable d'hépatocytes expliquant la dysfonction hépatique observée chez les malades symptomatiques. Le diagnostic histologique de l'hépatite alcoolique associe une nécrose des hépatocytes, un infiltrat à polynucléaires neutrophiles et des corps de Mallory. La persistance de lésions histologiques d'hépatite alcoolique, parfois plusieurs années après l'arrêt de la consommation de boissons alcoolisées, suggère l'existence d'un mécanisme surajouté, autre que toxique.
Le métabolisme de l'éthanol génère des espèces réactives de l'oxygène, une peroxydation lipidique, une déplétion mitochondriale en glutathion et en S-adénosylméthionine. Il est admis que la pathogénie de la maladie alcoolique du foie ne fait pas uniquement intervenir un mécanisme de toxicité dépendant de la dose mais aussi un processus inflammatoire. La cellule de Kupffer activée, le polynucléaire neutrophile, l'endotoxine, les cytokines inflammatoires, le fer et la peroxydation lipidique jouent un rôle central dans le développement des lésions nécrotico- inflammatoires…