Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Fibromyalgie
Françoise Laroche le 30-06-19

Des critères diagnostiques révisés sont disponibles depuis 2016. L'objectif thérapeutique est que le patient comprenne sa maladie, évite l'errance médicale et soit acteur de son parcours de soins.

En France, la prévalence de la fibromyalgie est de 1,6 %. Elle touche 7 à 10 fois plus les femmes que les hommes. Il s'agit de la pathologie douloureuse chronique diffuse la plus fréquente. En 2016, des critères diagnostiques révisés ont été proposés. Ceux-ci ont amélioré certaines insuffisances grâce à l'adjonction des symptômes somatiques non rhumatologiques et des critères de sévérité. La fibromyalgie est désormais classée parmi les douleurs chroniques "nociplastiques" (International Association for the Study of Pain, 2019). Cela signifie que les douleurs ne sont pas accompagnées de lésions organiques, qu'elles évoluent depuis plus de 3 mois, qu'elles s'accompagnent d'allodynie et/ou d'hyperalgésie avec des douleurs spontanées et/ou provoquées des régions concernées, qu'elles sont associées à une détresse émotionnelle et/ou un handicap fonctionnel significatifs et qu'il n'y a pas d'autre diagnostic évoqué.

Dépistage clinique
En 2010, un outil pratique de dépistage de la fibromyalgie a été validé par une équipe française. Il s'agit du Fibromyalgia Rapid Screening Tool (FiRST). C'est un auto-questionnaire simple de 6 questions. La positivité de 5 items sur 6 permet de dépister une fibromyalgie chez des patients souffrant de douleurs diffuses articulaires, musculaires ou tendineuses, depuis plus de 3 mois, avec une sensibilité et une spécificité proches de 90 %. Cet auto-questionnaire peut être utilisé de façon très rapide en consultation de médecine générale. Il permet d'éviter les retards et errances diagnostiques et de débuter une prise en charge…