Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Fibrillation atriale
Jonathan Bialobroda, Éloi Marijon le 30-10-19

ITEM 230

OBJECTIFS :
DIAGNOSTIQUER une fibrillation atriale.
IDENTIFIER les situations d'urgence
et PLANIFIER leur prise en charge.
ARGUMENTER l'attitude thérapeutique
et PLANIFIER le suivi du patient.

La fibrillation atriale (FA) [et non auriculaire] est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent, avec une prévalence d'environ 1 % en population générale, atteignant plus de 10 % après 80 ans. La prévalence (fréquence dans la population) ainsi que l'incidence (nombre de nouveaux cas par an) vont croître de façon exponentielle ces prochaines années. Depuis 2016, le screening est recommandé chez le patient de plus de 65 ans, avec un électrocardiogramme (ECG) à effectuer en cas de pouls irrégulier objectivé à l'examen clinique.
Malgré une amélioration de la prise en charge ces dernières années, la fibrillation atriale est associée à une morbidité cardiovasculaire significative, notamment un risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) et la survenue d'une insuffisance cardiaque.
Par ailleurs, la mortalité des patients présentant une fibrillation atriale est 2 à 3 fois supérieure par rapport à une population témoin, sans fibrillation atriale. Ceci est en partie lié au fait que ce n'est pas une maladie isolée mais le plus souvent associée à une cardiopathie sous-jacente, qui elle-même entrave le pronostic.

Physiopathologie
La physiopathologie de la fibrillation atriale reste complexe mais rejoint les principes de l'arythmogenèse, à savoir une initiation par l'association concomittante de trois facteurs :
- un trigger : le plus souvent une extrasystole particulièrement précoce (provenant en particulier…