Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Examen clinique et bilan paraclinique en cas de prolapsus génital
Laurence Donon le 20-04-19

Orienter la prise en charge ultérieure.

La prise en charge d'une patiente consultant pour un prolapsus génital symptomatique doit être guidée par une évaluation clinique et paraclinique.

Quelles sont les structures anatomiques impliquées ?
Il s'agit de diagnostiquer l'existence d'un prolapsus, et de rechercher une incontinence patente ou masquée associée et/ou un prolapsus rectal.
L'examen est réalisé à vessie pleine puis à vessie vide, en décubitus dorsal et en position demi-assise, puis en position debout. Cet examen est d'abord statique au repos puis dynamique, en poussée et à la toux puis en retenue. Un examen clinique négatif doit être répété.
La manoeuvre des valves du spéculum démonté permet d'apprécier les éléments prolabés, de rechercher les éléments masqués et de quantifier l'importance du prolapsus. La valve refoule le prolapsus et peut permettre de démasquer lors de la poussée une incontinence d'effort. Il est important de classifier le prolapsus pour pouvoir suivre la patiente ensuite. Plusieurs classifications ont été proposées. En pratique clinique courante la classification de Baden et Walker est suffisante.
Le toucher vaginal permet d'apprécier la perméabilité et la mobilité vaginale ainsi que la qualité des élévateurs de l'anus. Il permet ainsi de dépister les inversions de commande devant faire l'objet d'une rééducation.
Le toucher rectal apprécie le tonus anal et la force de contraction du sphincter, recherche une lésion de l'ampoule rectale, un prolapsus muqueux et une rectocèle (en plaçant l'index en crochet).
Le toucher bi-digital démasque l'existence d'une élytrocèle (descente du cul-de-sac de Douglas) avec parfois la perception d'anses digestives…