Diagnostiquer l'appendicite aiguë | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Diagnostiquer l'appendicite aiguë
Franck Zinzindohoué le 23-07-18

Objectifs :
– éviter une prise en charge retardée qui peut doubler la morbidité ;
– diminuer le diagnostic par excès, et donc un traitement inutile, source de complications.
C'est une urgence chirurgicale.

Particularités chez l'enfant
Plus rare et potentiellement plus trompeuse et grave chez l'enfant d'âge préscolaire.
Pathologie associant obstruction, ischémie et infection secondaire, évoluant en 24 à 36 heures selon 5 stades.
Première consultation : tardive, surtout chez les jeunes enfants qui ne se sont pas plaints, et les adolescents qui l'ont négligée.
Si retard initial (parfois de 24 heures ou plus) : demander un avis urgent en chirurgie pédiatrique +++
Bactéries en cause : résistantes, dans un quart à un tiers des cas, aux antibiotiques courants, en particulier l'amoxicilline-acide clavulanique.
Chez les petits enfants, le grand omentum (ou grand épiploon), court, n'isole pas l'appendice infecté, qui peut ainsi inoculer la cavité abdominopelvienne, favorisant la survenue rapide d'abcès.

Quand l'évoquer ?
Devant une histoire typique
Signes (après 5 ans) :
– douleurs abdominales récentes (moins de 3 jours), initialement modérées, épigastriques ou péri-ombilicales, migrant en quelques heures à la fosse iliaque droite ;
– avec anorexie, nausées, vomissements et fièvre (37,5-38 °C).
Cliniquement :
– langue saburrale…