Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Contraception du post-partum
Brigitte Raccah-Tebeka, Geneviève Plu-Bureau le 20-11-18

Contraception. Le retour parfois précoce de la fertilité fait du post-partum une période à risque de grossesses non désirées.

Le post-partum est une période à risque de grossesse non désirée. Les spécificités qui lui sont liées guident le choix contraceptif permettant de trouver avec la femme la contraception la plus adaptée et dépourvue de risque. Ce thème peut être abordé lors des consultations prénatales mais aussi à l'occasion de consultations qui surviennent parfois rapidement après l'accouchement.

Contraception au plus tard 21 jours après l'accouchement
Parmi les femmes ayant eu une interruption volontaire de grossesse en France en 2007, 2 % avaient accouché dans les 6 mois précédents et 4 % dans les 6 à 12 mois. Bien souvent, ce risque de grossesse n'est pas envisagé par les femmes et est négligé par les praticiens. Or le retour de la fertilité après un accouchement est variable selon les femmes et, en dehors d'un allaitement complet, il peut être très précoce. De même, la reprise d'une sexualité dépend des couples mais est, chez certains, rapide après l'accouchement.
Le délai médian de la première ovulation après un accouchement est de 39 jours, mais un cas rapportant une ovulation à J25 a été publié. Cette ovulation peut même survenir avant le retour de couches qui se produit habituellement 6 à 8 semaines après l'accouchement. En cas d'allaitement, la reprise de la fonction gonadotrope peut être différée, mais seule la méthode MAMA peut être considérée comme suffisante pour assurer une contraception durant 6 mois avec une efficacité estimée à 98 %. Cette méthode impose cependant des critères très stricts puisqu'elle repose sur un allaitement exclusif avec au moins 6 tétées par jour d'au moins 10 minutes chacune, régulièrement espacées sur les 24 heures, y compris la nuit, et entraînant une aménorrhée persistante sur 6 mois. Cette méthode n'est utilisée en France que 3 semaines et demie en moyenne. Dans tous les autres…