Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Comment essayer de décrédibiliser un outil de santé publique qui dérange ?
Serge Hercberg, Pilar Galan, Manon Egnell, Chantal Julia le 10-06-19

Depuis quelques mois circulent sur les réseaux sociaux, dans divers médias et parfois même dans la bouche de personnalités politiques de premier plan un certain nombre d'opinions négatives et d'informations trompeuses à propos de Nutri-Score, le logo d'information nutritionnelle destiné à être apposé en face avant des emballages des aliments adopté officiellement par la France en 2017, et plus récemment par la Belgique et l'Espagne.

Ce phénomène de dénigrement de Nutri-Score s'est particulièrement accentué ces dernières semaines, vraisemblablement en rapport avec les débats très médiatisés qui ont lieu actuellement dans plusieurs pays européens autour du choix de leur logo nutritionnel, et du fait aussi des discussions qui ont lieu au sein des instances de la Communauté européenne à Bruxelles.
Dans ce cadre bouillonnant, les manoeuvres visant à décrédibiliser Nutri-Score pour éviter son adoption se multiplient alors que ce dernier est plébiscité par de multiples associations de consommateurs en Europe ! Fort d'un dossier scientifique convaincant regroupant plus d'une trentaine de publications internationales validant d'une part son algorithme sous-jacent et son format graphique et démontrant, d'autre part, son efficacité et sa supériorité par rapport aux autres logos sur plusieurs dimensions du comportement des consommateurs, Nutri-Score est refusé avec force par certains groupes de pression (association des industriels agroalimentaires FEVIA en Belgique, BLL en Allemagne, Coldiretti en Italie…). Bien que certains industriels et distributeurs en France, en Belgique, en Espagne, mais aussi en Allemagne, en Autriche, au Portugal, en Suisse, en Slovénie… ont choisi d'afficher sur leurs produits Nutri-Score, il persiste encore des oppositions très fortes de certaines grandes multinationales agroalimentaires qui ne souhaitent pas utiliser Nutri-Score…