Cancers cutanés : quels risques ? | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Cancers cutanés : quels risques ?
Gaëlle Quéreux le 23-07-18

Incidence en progression depuis 20 ans, avec près de 60 000 nouveaux cas par an en France, dont 7 500 mélanomes.
Le dépistage repose sur l'examen régulier de l'ensemble de la peau par le dermatologue.
Il doit être ciblé sur les populations à risque (recommandations HAS pour le diagnostic précoce du mélanome, octobre 2006).
Mélanome et carcinomes (basocellulaires/ épidermoïdes) n'ont pas exactement les mêmes facteurs de risque.

Mélanome
Nombre élevé de nævus et présence de lésions atypiques (facteur indépendant), chez les sujets caucasiens :
– risque faible si < 10 nævus sur tout le corps ;
– modéré si > 50 nævus ;
– élevé si nombreux nævus + lésions atypiques (nævus de taille > 5 mm, de couleur rosée ou brune, parfois asymétriques et aux bords irréguliers).
Phototype clair :
– les sujets ayant yeux bleus ou verts, cheveux blonds, roux ou châtains, peau claire et faible capacité à bronzer ont un risque plus élevé que ceux ayant yeux foncés, cheveux bruns ou noirs et peau pigmentée ;
– dans la classification de Fitzpatrick, les phototypes I et II sont les plus touchés.
Éphélides ou taches de rousseur.
Exposition aux ultraviolets (UV) :
– principale étiologie environnementale, même si le mécanisme physiopathologique n'est pas complètement élucidé ;
– coups de soleil : plus souvent retrouvés chez les sujets victimes de mélanome ;
– notion de "période critique" : l'exposition solaire dans l'enfance (en particulier si elle a engendré…